Arnaud Chochon Photographies, le blog

La mue imaginale

Appelée mue imaginale, la dernière des cinq mues (exuviations) du criquet, qui voit la transformation de la larve en imago, ou adulte sexué aux ailes parfaitement formées, est la plus délicate pour l’insecte. Comme chaque fois qu’elle s’apprête à muer, la larve grimpe sur une plante puis se suspend par les pattes, la tête en bas, de manière à distendre son abdomen par gravité. L’air pénétrant par les stigmates (orifices respiratoires situés sur les côtés du corps) gonfle des sacs aériens internes. De vigoureuses contractions spasmodiques finissent par déchirer le tégument, ou carapace, qui protège le corps, au niveau dune ligne de moindre résistance, la suture exuviale, située sur le dos. L’animal peut alors s’extirper avec précaution de son ancienne dépouille (ou exuvie).

Pour en savoir plus : http://www.larousse.fr/encyclopedie/vie-sauvage/criquet_p%C3%A9lerin/184047

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s